tarif d'une place en EHPAD
Publication : mercredi 30 mai 2018

Les tarifs des EHPAD en 2017

La CNSA vient de rendre publics les tarifs dépendance et couts d’hébergement de 6 156 EHPAD portant sur l'année 2017. Les données publiées montrent pour 2017 globalement les mêmes tendances qu’en 2016.

La CNSA a également recherché si les rapprochements entre EHPAD et les mutualisations induites influençaient le tarif payé par le résident.

Davantage de transparence

L’admission des personnes âgées en EHPAD a lieu de plus en plus tard, celles-ci pouvant rester à leur domicile plus longtemps avec l'appui des aides techniques et humaines.

Lorsque vient le moment d’entrer en EHPAD, le cout de celui-ci pour le résident et sa famille est souvent l’un des critères de choix essentiel, au même titre que le lieu d’implantation de l’EHPAD, les conditions d’accueil et le caractère d’urgence de la prise en charge.

La loi ASV (adaptation de la société au vieillissement) s’est inscrite dans un objectif de développement de la transparence de l’information sur les prix en vigueur dans les EHPAD.

C’est ainsi que les EHPAD doivent communiquer à la CNSA chaque année quels sont leurs tarifs dépendance et couts d’hébergement (le forfait soins étant couvert par l’Assurance Maladie). On peut ainsi trouver les couts de chaque EHPAD sur le portail pour les personnes âgées.

L’enquête publiée par la CNSA porte sur 82 % des EHPAD (1 354 EHPAD n’ont en effet pas communiqué leurs tarifs 2017).

Il n’en demeure pas moins que les résultats publiés apparaissent représentatifs de l’ensemble des EHPAD en France.

1 953 € par mois

Selon cette étude, la médiane des prix d’hébergement permanent s’établit à 59,44 euros par jour pour une chambre seule (+0,3% par rapport à 2016), et de 56,20 € (+ 1 % par rapport à 2016) pour une chambre seule habilitée ASH (aide sociale à l’hébergement), et de 82,16 € si cette chambre n’est pas habilitée ASH (+ 0,2 % par rapport à 2016).

L’étude de la CNSA montre qu’en 2017 comme en 2016, les prix médians des EHPAD commerciaux sont plus élevés que dans les autres EHPAD, les EHPAD privés à but non lucratifs ayant des tarifs plus élevés que les EHPAD publics.

Les tarifs médians pour la dépendance apparaissent similaires à ceux observés en 2016. Le tarif médian s’établit ainsi entre 5,47 € pour des résidents présentant un GIR 5-6 (faiblement dépendants) et 20,35 € pour des résidents présentant un GIR 1-2 (fortement dépendants).

Le prix, pour le résident, d’une place en EHPAD (comprenant le prix hébergement et le tarif dépendance pour une personne de GIR 5-6) varie fortement. Il est ainsi compris entre moins de 1 674 € pour le premier décile des EHPAD, et plus de 2 819 € pour le dernier décile des EHPAD.

Le tarif médian d’une place en hébergement permanent en EHPAD en 2017 pour une chambre seule s’élève à 1 953 € par mois (GIR 5-6).

Ce cout est à rapprocher du niveau de vie médian d’un retraité, qui est mensuellement de 1 740 €, soit 112 % de ses revenus avant aides sociales.

La CNSA note une corrélation entre le prix médian d’une place en EHPAD et le niveau de vie des retraités au sein du territoire d’implantation de l’EHPAD.

De fortes disparités

Les départements les plus urbanisés (Paris et certains départements limitrophes, Bouches du Rhône, Alpes Maritimes, …) présentent les prix médians pour une  place en EHPAD les plus élevés.

 CNSA prix chambre seule EHPAD 2017

(source CNSA)

Les données 2017 montrent la même tendance qu’en 2016 : le tarif d’une place en EHPAD est d’autant plus important que l’établissement s’inscrit dans l’un ou plusieurs des critères suivants : statut privé commercial, implanté en zone urbaine, ouvert récemment et non habilité à l’aide sociale.

Cette année, l’étude de la CNSA a par ailleurs mis en évidence que les prix étaient également plus élevés lorsque le taux d’occupation en hébergement permanent était faible.

Il apparaît également que le prix moyen s’élève avec le nombre de places installées dans l’EHPAD.

L’étude de la CNSA a aussi porté sur l’impact du regroupement des EHPAD sur le cout payé par le résident. On peut en effet légitimement s’interroger sur le bénéfice des mutualisations attendues (fonctions administratives, …) sur les tarifs payés par les résidents.

Si le montant réglé chaque mois par le résident est variable au sein d’un même groupe commercial, il apparaît que le cout médian au sein d’un groupe est souvent supérieur au prix médian des EHPAD commerciaux, qui est de 2 678 €. Il faut cependant noter que ces opérateurs sont fortement présents notamment en Ile de France.

On observe également le même phénomène pour les regroupements privés non lucratifs, avec un cout médian de chaque organisme gestionnaire supérieur à la médiane nationale des EHPAD privés non lucratifs (1 962 €).

Il n’apparaît ainsi selon les premières conclusions de l'enquête, pas de bénéfice en termes de couts pour le résident, d’être admis dans un EHPAD appartenant à un groupe de plus de 10 EHPAD.

La CNSA note toutefois que ces tendances nécessiteront d’être analysées plus en détail, notamment en prenant en compte l’année de construction des EHPAD et leur situation géographique lorsqu’on les compare à des EHPAD isolés.

 

Pour en savoir plus : Les tarifs des établissements d’hébergement pour personnes âgées dépendantes (EHPAD) en 2017