La situation des maternites en 2016
Publication : vendredi 13 octobre 2017

Enquête nationale périnatale 2016

Les premiers résultats de la dernière enquête nationale périnatale (ENP) de mars 2016 viennent d’être publiés.

Ces informations complètent les données du PMSI (programme de médicalisation des systèmes d’information) et de la SAE (Statistique annuelle des établissements de santé), ainsi que le panorama des établissements de santé en 2015.

Cette étude décrit ainsi notamment les différentes caractéristiques des maternités (profil des équipes, organisation, évolutions depuis les enquêtes de 2010 et 2003).

Diminution du nombre de maternités

On comptait début 2016, 517 maternités, dont 497 en Métropole et 20 outre-mer. Depuis 1995, le nombre de maternité a baissé de 39 % (à la suite de rapprochements, de fusions, fermetures, …). Elles étaient en effet 816 en 1995.

C’est notamment le nombre de maternités de tailles intermédiaires (1 000-1 500 accouchements) qui a plus particulièrement diminué.

Le nombre de grandes maternités (plus de 3 500 accouchements) a parallèlement augmenté, le nombre de petites maternités (moins de 500 accouchements) se maintenant.

L’enquête montre qu’entre 2003 et 2016, le nombre de maternité de type I a baissé (214 en 2016), tandis que le nombre de maternités de type IIA a augmenté (141 en 2016), celui de type IIB diminuant (82 en 2016), le nombre de maternité de type III restant stable (60 en 2016).

En 2016, les maternités de type I représentent 43 % du total des établissements, celles de type IIA 28 %, celles de type IIB 17 % et celles de type III 12 %. Outre-mer, les maternités de type IIB et III sont prépondérantes.

On comptait, en 2016, 58 maternités réalisant moins de 500 accouchements (soit 3 % du total des accouchements).On compte encore 20 maternités (de type I) réalisant moins de 300 accouchements. Celles-ci sont relativement isolées, avec un temps médian d’une soixantaine de minutes pour se rendre à la maternité de type IIA, IIB, ou III la plus proche (une heure et demi pour deux d’entre elles).

A l’inverse, on assiste à une augmentation du nombre de maternités accueillant plus de 3 500 accouchements. Elles sont au nombre de 27 actuellement, réalisant 15 % des accouchements.

L’enquête montre par ailleurs que le secteur privé regroupe essentiellement des maternités de type I ou IIA (on ne trouve pas de maternité de type III, et seulement 6 de type IIB).

On peut noter que le pourcentage d’accouchements réalisés dans les maternités de type III est passé de 22 % en 2010 à 26 % en 2016.

Le secteur privé lucratif représente 27 % des structures et 25 % des accouchements. Ce taux est plus important en Occitanie (44 % des accouchements).

Selon les régions, les maternités de type III réalisent de 20 (PACA, Bourgogne Franche Comté) à 30 % des accouchements (en Ile de France par exemple), la moyenne nationale se situant à 26%. Il faut toutefois noter que dans les départements et région d’Outre-mer, ce taux est proche de 50 % (atteignant même 61 % en Guadeloupe)

Amélioration de la sécurité et de la qualité des soins

DREES Maternites 2016

59 % des maternités publiques et 86 % des privées disposent d’un système d’inscription pour les accouchements. La quasi-totalité des maternités n’ont jamais de de difficulté d’accueil par manque de place.

Toutes les maternités appartiennent à un réseau de santé en périnatalité formalisé. Ces réseaux permettent de partager formations, protocoles de prise en charge, ….

Pour les maternités de type I, IIA et IIB, la distance médiane de transfert vert une maternité de type III est de 45 km sur le Continent (soit un temps de trajet médian d’environ une quarantaine de minutes).

L'enquête périnatale 2016 montre que le taux d'épisiotomie baisse et que les patientes sont globalement satisfaites.

L’amélioration de la sécurité autour de l’accouchement poursuit sa progression. Ainsi les ¾ des blocs obstétricaux sont situés dans ou à côté du secteur naissance. Une unité de réanimation adulte est présente dans près de la moitié des maternités sur le même site.

La quasi-totalité des maternités ont sur leur site une salle de réveil ouverte h24 ou une unité de surveillance continue. Les seuils minimaux de salles de travail sont respectés.

De la même façon, la surveillance et la prise en charge du risque hémorragique sont prises en compte.

La présence de gynécologues obstétriciens présents h24 se développe : c’est la cas dans 61 % des maternités (54 % en 2010, et 39 % en 2003). Un anesthésiste réanimateur est présent de façon permanente dans 81 % des établissements (75 % en 2010), et 83 % des maternités disposent d’un pédiatre présent systématiquement.

87 % des accouchements par voie basse non instrumentale sont réalisés par les sages-femmes.

Les consultations prénatales sont réalisées par des sages-femmes dans 96% des maternités actuellement, soit davantage qu’en 2010 (82%) : suivi de grossesse, surveillance rapprochée, … Ce sont également les sages femmes qui réalisent également souvent l’entretien prénatal (proposé dans 85 % des établissements). 9 maternités sur 10 proposent des séances de préparation à la naissance et la parentalité.

Selon les maternités interrogées, l’analgésie péridurale autocontrôlée (PCEA) est disponible dans 69 % d’entre elles (58 % en 2010), ce taux augmentant avec la taille de l’établissement.

L’uniformité des pratiques en matière d’analgésie-anesthésie augmente avec la taille de l’établissements (les pratiques sont homogènes dans 67 % des maternités réalisant plus de 3 500 accouchements).

Un sixième des maternités accueille des femmes sans hébergement au sortir de la maternité au moins une fois par mois, davantage dans le secteur public (21%) que dans le secteur privé (4 % des établissements).

73 % des établissements publics disposent d’une PASS facilitant la prise en charge des femmes enceintes en situation de vulnérabilité ou de précarité (10 % des maternités privées à but lucratif).

Comme le recommande la HAS (Haute Autorité de Santé), 94 % des établissements remettent une information aux femmes enceintes sur les modalités de sortie après l’accouchement, sans toutefois toujours procéder à une information sous une forme à la fois orale et écrite.

Moins de 70 % des établissements remettent une fiche de liaison maternité/ville aux femmes lors de leur sortie de la maternité.

 

Pour en savoir plus : Les Enquêtes Nationales Périnatales