Douleur et problemes somatiques chez les personnes en situation de handicap
Publication : mardi 30 mai 2017

Situation de handicap, problèmes somatiques et douleur

L’ANESM vient de publier le guide : "Qualité de vie : handicap, les problèmes somatiques et les phénomènes douloureux ».

Ce guide s'inscrit en complément des recommandations qui concernent les comportements problèmes au sein des ESSMS (l'une des dernières publiées concernait les espaces d’apaisement et de calme-retrait).

L'ANESM établissait ainsi un lien entre altération de l'état de santé des personnes en situation de handicap et comportements problèmes.

Le document développé par l’ANESM intéressera en tout premier lieu les personnes en situation de handicap, les professionnels des ESSMS qui les accompagnent, les aidants non professionnels.

Un accès aux soins insuffisant pour les personnes en situation de handicap

Nombre d’études mettent en avant la difficulté pour une personne en situation de handicap dans le domaine de l’accès aux soins.

Ses besoins de santé généraux sont pourtant les mêmes que ceux de toute autre personne, en particulier pour les soins de premier recours (courants).

Les personnes en situation de handicap peuvent par ailleurs également présenter, de façon plus fréquente, certaines affections ou troubles associés pouvant se manifester à tout âge : troubles sensoriels, troubles liés à l’épilepsie, troubles somatiques, …

Elles connaissent plus fréquemment certaines pathologies chroniques (troubles du sommeil, cancers,…). Les personnes polyhandicapées connaissent des reflux gastro œsophagiens plus fréquents, celles touchées par des troubles du spectre autistique ont davantage de pathologies digestives, …

On note également que les difficultés somatiques sont souvent sous diagnostiquées: hypertensions insuffisamment prises en comptes, glycémies peu contrôlées, …

L’absence de diagnostic ou de prise en compte entraine des sur-handicaps ou peut se manifester par des comportements problèmes.

L’appel à contribution lancé par l’ANESM avait mis en avant la fréquence de la souffrance psychique. Celle-ci est fréquemment un facteur de comorbidité au handicap. Les affections somatiques sont par ailleurs plus fréquentes chez les personnes présentant des troubles psychiatriques.

Il existe donc un décalage important  entre des besoins de soins plus élevés et un accès à ces soins plus complexe pour les personnes en situation de handicap.

La conséquence peut être une dégradation de leur état de santé, des hospitalisations qui ne sont pas adaptées ou qui pourraient être évitées …

Au-delà de ces dimensions somatiques, un autre enjeu fort est celui de la prise en compte de la douleur. Les causes de celle-ci peuvent être diverses : par exemple des lésions dentaires, otites, douleurs induites par les soins, efforts physiques, ….

La tolérance à la douleur peut être amoindrie avec la prise de certains médicaments (antiépileptiques, …) et cette douleur peut  s’exprimer de façon atypique chez les personnes en situation de handicap.

Cette expression de la douleur peut se manifester sous forme de comportements problèmes. Lorsque la douleur persiste, on peut ainsi noter de l’anxiété, de l’agressivité envers les autres ou soi-même, des troubles du comportement, du sommeil, …

La restriction de l’accès aux soins a donc un impact important sur la qualité de vie quotidienne des personnes en situation de handicap.

Une approche globale

ANESM Handicap problemes somatiques et douleur

Le guide développé par l’ANESM s’inspire du modèle « écologique », la personne en situation de handicap s’inscrivant dans un système.

Celui-ci suppose ainsi des interrelations entre des dimensions personnelles (âge, compétences personnelles et sociales, critères socio-économiques, …), et des dimensions environnementales (contexte familial, éducatif, sociétal,…).

La situation de handicap est ainsi une résultante entre les troubles de la personne et un environnement inadapté.

L’amélioration de la santé des personnes en situation de handicap s’inscrit dans une démarche de qualité de vie et passe ainsi par la prise en compte de leurs caractéristiques personnelles mais en même temps de leur environnement (accès à l’information, milieu de vie, …).

Le document publié par l'ANESM se donne ainsi pour objectif d’améliorer la qualité de vie de ces personnes, en facilitant la mise en place d’une démarche qui permet de repérer les difficultés somatiques et la douleur, prévenir et évaluer les situations difficiles et douloureuses, et donc les situations problèmes, transmettre des éléments et outils auprès de l’ensemble des acteurs, et enfin améliorer les capacités d’autonomie des personnes, au travers des actions de promotion de la santé et d’éducation.

Ce guide comprend quatre grands chapitres :

  • La personne, sa participation au volet soin de son projet personnalisé et les évaluations,
  • Le repérage des problèmes somatiques et des phénomènes douloureux : l’évaluation et leurs traitements,
  • La coordination avec les proches et la coordination des actes et soins avec le territoire,
  • La promotion et l’éducation pour la santé.

Chacun de ces chapitres reprend les constats (analyse de la littérature), et des illustrations s’appuyant sur des témoignages et retours d’expérience.

Les points de vigilance sont également mis en avant, avec des mots et messages clés.

Des outils sont également présentés, ainsi que les critères de suivi à même de garantir un accompagnement de qualité.

On trouvera également dans chaque chapitre un point sur les idées reçues et en particulier sur celles qui sont fausses.

 

Pour en savoir plus: Le guide : "Qualité de vie : handicap, les problèmes somatiques et les phénomènes douloureux