Dispositif PAERPA: évaluation qualitative
Publication : vendredi 12 mai 2017

Evaluation qualitative de l’expérimentation PAERPA

La DREES vient de publier une évaluation de l’expérimentation PAERPA. Celle-ci s’est appuyée sur l’analyse d’indicateurs, sur des diagnostics qualitatifs territoriaux, sur des entretiens, et sur une évaluation de l’impact de cette expérimentation.

L’expérimentation PAERPA

La mise en place de dispositifs pilotes permettant d’organiser les parcours de santé a été préconisée pour apporter une réponse aux enjeux que représentent le vieillissement et la perte d’autonomie des personnes âgées.

Rappelons en effet que les personnes de plus de 75 ans constituent 10 % de la population, une forte proportion de celles-ci (85 % d’entre elles) présentant au minimum une pathologie.

Différentes démarches ont ainsi été initiées depuis 2012, dont l’expérimentation PAERPA (personnes âgées en risque de perte d’autonomie).

Cette expérimentation PAERPA a un objectif à la fois individuel et un objectif collectif. Sur la dimension individuelle, il s’agit d’améliorer la qualité de vie des personnes âgées et de leurs aidants. Plus globalement, elle a pour objectif d’améliorer l’efficience de leurs prises en charges, dans une logique de parcours de soins.

Le ministère des Affaires Sociales et de la Santé a ainsi sélectionné fin 2013 neuf territoires pour conduire une expérimentation PAERPA. Le nombre de territoires PAERPA concernés a été porté à 16 en 2016.

L’étude de la DREES conduite en 2016-2017 porte sur une évaluation qualitative des vagues 1 et 2 de cette première expérimentation. Différentes études de terrain ont été réalisées pour ce faire.

Le document de la DREES comprend sept axes de réflexion :

  • Démarche projet et gouvernance locale
  • La constitution d’écosystèmes locaux CTA-PPS-CCP
  •  Les multiples leviers de l’adhésion des professionnels de santé
  • Des systèmes d’information nécessaires mais non suffisants
  • Une introduction de PAERPA à l’hôpital limitée mais à poursuivre
  • Des dispositifs interstitiels entre hôpital et ville-EHPAD prometteurs
  • Une insertion de PAERPA à travailler

Chacun de ces thèmes comprend un certain nombre de pistes de travail ou recommandations.

De nombreuses pistes de réflexion

Drees evaluation qualitative PAERPA

De cette étude, on retiendra l’intérêt de la démarche et l’obtention d’un décloisonnement des différentes parties prenantes.

Une gouvernance adaptée et un pilotage de projet consistant sont à cet égard primordiaux. Ces conclusions viennent rejoindre celles de l'ANAP qui avait également publié un retour d'expérience sur la gouvernance PAERPA.

Il apparaît que l’un des premiers intérêts de l’expérimentation PAERPA est en effet le décloisonnement qui en résulte, avec une meilleure connaissance réciproque des nombreux acteurs de terrain.

Concernant le pilotage de projet, l’étude montre la nécessité d’une équipe projet étoffée en compétences et en appui administratif, qui connaisse le territoire et ce type de programme expérimental, et dont le chef de projet soit légitimé par la direction générale de l’ARS.

L’expérimentation PAERPA et la logique de parcours entraînent également des évolutions au sein des ARS, avec un décloisonnement interne, alors qu’elles souvent organisées en champs distincts.

L’incitation financière n’est pas apparue comme la première motivation de mise en place des PPS (plans personnalisés de santé).

L’implication des acteurs repose souvent sur l’intérêt de pouvoir accéder à des services offrant de nouvelles réponses aux situations rencontrées.

Il apparaît également la nécessité de rechercher une mobilisation raisonnable des acteurs, très pris par ailleurs.

Le secteur hospitalier est plus difficile à mobiliser dans le programme PAERPA au-delà des services de gériatrie et des urgences.

Concernant les systèmes d’information, ils ont pu ralentir la montée en puissance de plusieurs actions, de la CTA (coordination territoriale d’appui) et de la mobilisation des professionnels de santé libéraux. Les systèmes d’information doivent en effet pouvoir s’articuler avec d’autres programmes, tout en répondant à des besoins locaux.

L’étude a également montré l’importance du soutien apporté aux professionnels de santé libéraux par la CTA (coordination territoriale d’appui), et l’intérêt de dispositifs transitoires entre hôpital et EHPAD ou domicile.

Le temps apparaît aussi comme un facteur incontournable pour faire évoluer les pratiques, positionnements des acteurs et organisations.

L’analyse des différentes politiques publiques montre qu'une meilleure articulation entre toutes celles concourant à l’amélioration des parcours de santé, le décloisonnement de certains financements participeront aussi au succès de ces dispositifs.

L’élargissement du programme PAERPA sera par ailleurs facilité en organisant le transfert de bonnes pratiques.

A l’issue de ce travail, la DREES estime nécessaire de poursuivre l’évaluation qualitative, d’une part en analysant le contenu des PPS et leur concrétisation, et d’autre part au travers d’une étude approfondie de l’expérience des patients et professionnels.

 

Pour en savoir plus : « Évaluation qualitative PAERPA - RAPPORT FINAL », Document de travail, Série Études et recherche, n°135, Drees, Mai.