Urences: profil des patients âgés
Publication : lundi 3 avril 2017

Profil des personnes âgées aux urgences

La DREES vient de publier une étude précisant les caractéristiques des patients âgés de plus de 75 ans pris en charge aux urgences.

Un recours aux services d'urgence plus fréquent

Les personnes âgées ont un taux de recours aux urgences plus important que le reste de la population.

L’avancée en âge se traduit par une plus grande complexité des problèmes de santé, de par l’existence de poly pathologies (plusieurs maladies chroniques peuvent être présentes), un risque accru de perte d’autonomie pour les personnes les plus âgées, et souvent une plus grande fragilité socio-économique, physique, et psychique.

Un état de crise lié à ces différentes raisons explique souvent l’entrée aux urgences.  Ainsi par exemple 43 % des patients âgés vivent seul à leur domicile contre 32 % des patients de moins de 74 ans.

14% des plus de 75 ans résident dans une institution.Une précédente enquête de la DREE montrait d'ailleurs que 40% des résidents des EHPAD sont hospitalisés annuellement, d'ou l'importance des consignes sur la conduite à tenir en cas d'urgence en EHPAD et du dossier de liaison d’urgence.

Les conditions de recours aux urgences sont souvent spécifiques pour cette population. La majorité de ces patients viennent de leur domicile, mais 45 %  arrivent en ambulance ou en taxi.

Par ailleurs, ces patients ont souvent davantage consulté leur médecin traitant en amont de leur entrée aux urgences (20 % sont adressés par leur médecin traitant, dans la moitié des cas pour recevoir des soins urgents).

Parmi les raisons de recours aux urgences on trouve pour cette population la traumatologie (25%), les problèmes cardiovasculaires (17%), devant les autres motifs (fièvre, fatigue,…).

Une prise en charge plus complexe

Profil des patients âgés aux urgences

Comparativement à des populations plus jeunes, les motifs cardiaques, neurologiques ou respiratoires sont davantage présents.

Parmi les facteurs de complexité de prise en charge, on peut citer une décision d’hospitalisation qui doit tenir compte d’un syndrome de glissement possible, ou pour une décision de retour à domicile, des conditions de vie de la personne.

Ces patients connaissent davantage de séjours en UHCD ( Unité d’hospitalisation de courte durée) et davantage d’actes (à visée diagnostique, ou actes de soins),durant une prise en charge qui est aussi plus longue.

Ainsi, les personnes de plus de 75 ans connaissent pour près de 20 % d’entre elles un séjour en UHCD (dans un objectif d’observation avant orientation, réalisation d’examen ou de soin, surveillance avant retour, …).

De même, les passages aux urgences pour les patients âgés se font sur des durées plus importantes (plus de 8 heures pour 23 % d’entre eux).

Après ce passage aux urgences, 56 % vont être orientés vers un autre service (la probabilité d’hospitalisation pour cette population est ainsi 2,6 fois plus importante que pour les plus jeunes).

Parmi les principales orientations à l’issue du passage aux urgences, on peut citer une hospitalisation en services de médecine (68 % des patients âgés), chirurgie (21%), soins intensifs ou réanimation (8%).

La typologie des patients âgés varie selon qu’ils soient hospitalisés ou qu’ils retournent à leur domicile ou en EHPAD.

On peut distinguer un premier groupe de patients hospitalisés qui comprend des personnes ayant une prise en charge plus lourde, nécessitant plus d’examens, d’actes de soins, un séjour en UHCD,….Le document de la DREES détaille les différentes pathologies de ce premier groupe, pour lequel on peut identifier 4 sous-groupes homogènes.

Un second groupe concerne les personnes âgées qui rentrent chez elles à l’issue du passage aux urgences, et qui présentent des lésions traumatiques peu sévères : plaies, contusions, fractures.

 

Pour en savoir plus : « Les personnes âgées aux urgences : une patientèle au profil particulier », Études et Résultats, n°1007, Drees, mars.