Publication : lundi 4 juillet 2016

Repérage en EHPAD des risques de perte d’autonomie ou de son aggravation

L’ANESM vient de publier, dans le cadre de son programme de travail au titre de la qualité de vie,  un nouveau volet de ses recommandations de bonnes pratiques professionnelles dédié aux EHPAD, et relatif au repérage des risques de perte d’autonomie ou de son aggravation pour les personnes âgées.

 

Un repérage particulièrement important en EHPAD

Ce document vient compléter utilement le volet domicile publié récemment (voir notre précédente actualité). 

Comme le précédent document publié, ces recommandations constitueront un outil intéressant pour la mise en place sur l’établissement de l’évaluation interne ou pour préparer l’évaluation externe de l’EHPAD. Restera à paraitre prochainement le volet destiné aux résidences autonomie.

Ces nouvelles recommandations s’adressent aux cadres des EHPAD, pour leur permettre d’accompagner le repérage des risques de perte d’autonomie par les AMP, AS, ASG, …

Rappelons que les EHPAD accueillent essentiellement des personnes âgées dépendantes (environ 600 000, dont 250 000 y entrent chaque année).

Les populations accueillies sont de plus en plus dépendantes, comme l’illustrent les évolutions du GIR moyen pondéré et PATHOS moyen pondéré (plus de la moitié des usagers d’EHPAD sont classés GIR 1-2,  un tiers en GIR 3-4, et un peu plus de 10% en GIR 5-6).

La durée moyenne de séjour est d’environ 36 mois, une personne âgée accueillie sur trois décédant toutefois dans l’année, une sur quatre résidant dans l'établissement environ quatre ans.

45 % des personnes âgées résidant en EHPA ayant un GIR supérieur ou égal à 3, le repérage des risques de perte d’autonomie ou de son aggravation revêt ainsi une importance toute particulière.

 

Des recommandations pour adapter l'accompagnement

ANESM Reperage risques perte autonomie EHPAD

Ces nouvelles recommandations permettent de préciser quels sont les facteurs de risques majeurs de perte d’autonomie ou aggravation, qui vont ainsi nécessiter une vigilance de la part des professionnels.

Une évaluation gériatrique standardisée, lors de l’admission en  EHPAD, permettra de prévenir les événements cliniques majeurs.

Au-delà de celle-ci, il est important de prévoir, conduites par chaque professionnel de l’établissement  à son niveau,  des actions de repérage portant sur la mobilité, l’activité physique, la nutrition, les capacités cognitives, l’humeur, la fatigue, les relations sociales, la dépendance, ou encore la chute, les polymédications ou polypathologies.

Les recommandations sont ainsi accompagnées de fiches repères portant sur ces différents thèmes.

Une fiche repère concerne également plus particulièrement les aidants qui contribuent aussi à la qualité de vie des personnes âgées en EHPAD.

L’ANESM propose également une grille  recensant les différents signes d’altération et les différents points à observer chez le résident.

Grâce à ces recommandations de bonnes pratiques, les professionnels concernés pourront ainsi mieux apprécier les évolutions de l’autonomie de la personne et faire évoluer leur accompagnement, identifier les éléments importants de vie de la personne à prendre en compte pour ce repérage, quelles informations faire remonter, …

Ces RBPP et les repères associés pourront servir d’appui aux échanges avec les résidents, leur entourage, et les autres professionnels intervenant dans l’accompagnement  (accueils de jour, filières de soins gériatriques, HAD, centres hospitaliers, équipes mobiles, professionnels libéraux, CCAS, gestionnaires de cas de MAIA, …).

 

Des recommandations de bonnes pratiques en deux parties

Ces RBPP comportent deux parties. Le premier volet concerne les recommandations en tant que telles.

Celles-ci se déclinent en 4 chapitres, comme pour les recommandations concernant le volet domicile : mise en place d’un dispositif de veille, partage et analyse des signes repérés des risques de perte d’autonomie ou aggravation, adaptation des réponses en cas de signes de perte d’autonomie et enfin appropriation et formation aux recommandations de bonnes pratiques professionnelles.

On trouve dans chacun de ces 4 chapitres des points de vigilance, des illustrations concrètes et des repères juridiques.

Une fiche d’évaluation des activités et de la qualité des prestations, au regard des recommandations est également présente.

La seconde partie du document comprend les fiches repères évoquées plus haut, et une grille de lecture à utiliser en équipe sur l’identification des principaux signes d’altération de la personne âgée.

 

Pour en savoir plus: Repérage des risques de perte d’autonomie ou de son aggravation pour les personnes âgées. Volet Ehpad