Publication : lundi 6 juin 2016

Croissance modérée des prestations sociales

La DREES vient de publier comme chaque année, une étude sur le versement des prestations sociales en France et en Europe (les données concernant l’année 2014).

Cette enquête complète sa précédente publication sur le bilan des prestations d’aide sociale attribuées par les départements en 2014.

 

Les principales prestations concernent la santé et la vieillesse

DREES Prestations sociales 2014

La protection sociale, avec le versement de prestations et la fourniture de services sociaux, couvre les différents risques sociaux auxquels sont exposés les ménages.

Les principales prestations concernent la santé et la vieillesse avec 241 milliards et 313 milliards (35 et 45 % du total).

Le risque famille représente 8 % des prestations, le risque emploi 6 % de celles-ci, le risque logement et pauvreté-exclusion représentant chacun 3 %.

On peut noter que depuis la crise, les prestations sociales croissent moins vite qu’antérieurement (même si la hausse de 2,2 % est supérieure à celle du PIB qui est de 1,2). Cette tendance se retrouve globalement au niveau européen (avec même un recul des prestations maladies dans certains pays).

Les prestations santé, tout comme les pensions, voient leur hausse limitée (grâce notamment au respect de l’objectif national des dépenses d’assurance maladie et la réforme des retraites et l’indexation des pensions sur les prix).

La progression la plus importante concerne les prestations du risque pauvreté (RSA,…).

Ailleurs en Europe, la crise a fortement touché l’Italie et l’Espagne, qui ont réduit de 2,3 % et 1,1 % le montant des prestations sociales.

L’ensemble de ces données montrent ainsi que le risque de pauvreté ou d’exclusion sociale concerne une part de plus en plus importante de la population en Europe, la France affichant toutefois le plus bas taux d’exclusion sociale ou de pauvreté.

 

Baisse du déficit en 2014

En 2014, la protection sociale a connu une baisse de son déficit, de par une hausse des ressources plus importante que celle des dépenses (2,5 % contre 2,4 %).

L’étude publiée par la DREES montre par ailleurs que le coût de la dépendance est de l’ordre de 34,2 milliards (1,6 % du PIB, soit 0,1 point de plus qu’en 2010).

Ce montant correspondant à la prise en charge de la perte d’autonomie pour les personnes âgées, ménages, pouvoirs publics e organismes complémentaires.

Les dépenses de soins pour les personnes handicapées en ESSMS (Etablissements et services sociaux et médico-sociaux) s’élèvent à 9,2 milliards d’euros pour l’Assurance Maladie et la CNSA.

Ce montant correspond à une hausse de 3 % depuis 2010 (cette hausse était de 4,6 % sur la période 2006-2010).

Mise à jour de juin 2017: on peut noter que la DREES a également publié une étude sur les évolutions des dépenses de prestations sociales en Europe.

 

Pour en savoir plus: http://drees.social-sante.gouv.fr/IMG/pdf/er962.pdf