Publication : samedi 30 janvier 2016

Fracture du col du fémur et risque de décès à un an

La fracture du col du fémur, de par la morbidité et la mortalité associées importantes, apparaît comme la plus grave des complications de l’ostéoporose.

Risque deces apres fracture col femur

La dernière enquête de la DREES indique que près de 95 000 patients de plus de 54 ans (dont ¾ de femmes) ont été hospitalisés pour une fracture du col du fémur en 2008 et 2009.

La moitié des fractures du col du fémur surviennent entre 80 et 89 ans.

L’étude de la DREES montre ainsi que près du quart des patients décèdent dans l’année qui suit.

On observe une surmortalité masculine, puisque une femme sur cinq et un homme sur trois sont morts dans l’année qui a suivi.

On note également qu’un mois après leur fracture, 10 % des hommes et 5,3 % des femmes sont morts, ce taux doublant après trois mois.

A six mois, le décès concerne 25,4 % des hommes et 15,3 % des femmes.

L‘état de santé du patient au moment de la fracture est déterminant, les maladies chroniques augmentant également le risque de mortalité.

Le second facteur déterminant est l’âge : comparés aux patients de 80 à 89 ans, les patients plus âgés ont un risque multiplié par 1,85.

Les différents types de fractures ayant fait l’objet de recommandations de bonnes pratiques de la part de la HAS, on note que quel que soit le type de fracture (fractures trochantériennes, fractures cervicales ou non précisées), la mortalité à un an est voisine (24,2 % contre 23,2 %), les différences de mortalité restant les mêmes entre hommes et femmes.

Même s’ils existent, les écarts sont peu importants entre les types d’établissements et les régions.

C’est donc bien l’état de santé du patient, son âge et son sexe qui sont les plus corrélés à sa survie.

Le traitement de l’ostéoporose chez la femme et l’homme, l’encouragement à l’activité physique et l’éducation à la prévention des chutes, sont des facteurs dont l’efficacité a été prouvée pour réduire la mortalité en relation avec les fractures du col du fémur.

 

Pour en savoir plus: Philippe Oberlin, Marie-Claude Mouquet, 2016, « Quel risque de décès un an après une fracture du col du fémur ? », Études et Résultats, n°948, Drees, Janvier.