Publication : lundi 17 août 2015

70% des patients des urgences pris en charge dans l'heure

L’enquête nationale que la DREES vient de publier sur les structures des urgences hospitalières concernait tous les patients pris en charge un jour donné (en juin 2013) et comprenait un recueil chronologique des différentes phases de cette prise en charge.

DREES urgences temps attente patients

Si la SFMU (Société française de médecine d’urgence) recommande de ne pas dépasser 30 minutes avant la première évaluation, le jour de l’enquête, 10 % des passages par les urgences dépassaient ce délai d’attente.

La fréquence des patients qui ont attendu plus d’une demi-heure avant de voir un infirmier est un peu plus élevée aux heures les plus chargées aux urgences, c’est-à-dire l’après-midi et en soirée.

L’enquête montre que l’attente avant une première évaluation dépend de la densité du personnel présent (ratio entre le nombre de patients et le personnel présent), mais également des caractéristiques des patients.

Attendent ainsi moins souvent plus d’une demi-heure notamment les patients :

- qui sont amenés par les pompiers ou par le service mobile d’urgence et de réanimation

- de 75 ans ou plus

- qui sont de très jeunes enfants.

- qui viennent aux urgences pour des problèmes respiratoires, cardio-vasculaires ou neurologiques.

La durée d’attente entre l’évaluation et la prise en charge médico-soignante dépend du moment de la journée (moins longue la nuit).

On peut noter que les personnes âgées attendent plus longtemps que l’ensemble de la population entre l’évaluation et leur prise en charge (alors qu’elles sont évaluées plus rapidement lors de leur arrivée aux urgences).

Au total, sept patients sur dix sont pris en charge dans l’heure qui suit leur arrivée aux urgences.

Lorsqu'ils ne sont ni hospitalisés en unité d’hospitalisation de courte durée, ni hospitalisés à la suite de leur passage aux urgences, la moitié des patients restent moins de 112 minutes aux urgences. Les délais liés à la biologie varient selon le volume d’activité du point d’accueil.

La disponibilité de lits influe aussi sur la durée de passage aux urgences, la recherche d’une place d’hospitalisation augmentant cette durée.

 

Pour en savoir plus: Études et résultats n° 929, août 2015